Partagez cette page !

Partagez cette page sur : et


Boutique Émotions invitro

Notre boutique en ligne !!! Vêtements et articles pour la maison avec des designs évoquant l'infertilité. Tous les profits financeront le site web et les surplus iront à une association. Visiter la boutique !



Présentation d'un film français traitant de l'infertilité - 2010 Voir sur youtube



Les carottes sont très bonnes pour le sperme, révèle une étude

Une étude de chercheurs de l’université de Harvard, publiée jeudi 31 octobre, montre qu’un régime contenant beaucoup de béta-carotène que l’on trouve dans la carotte et de lycophène que l’on trouve dans la tomate, améliore sensiblement la qualité du sperme. Voir l'article sur le blog



La fille derrière Émotions invitro

En dehors de ce site, je me suis créée le blog « La fille derrière Émotions invitro » afin de, desfois, parler d'autre chose que l'infertilité. Voir le blog



Dans l'édition Automne/Fall 2013 du Magazine Creating Families

L'Association Canadien de Sensibilisation à l'Infertilité m'a contacté pour publié certains de mes textes dans la section « Lecteurs » de leur magazine. Voilà qui est fait !


Groupe de soutien En Espérant bébé « Vous n'êtes pas seuls »

  • Victoriaville: 2e mercredi du mois, de 19h à 21h, chez Parents-Ressources Bois-Francs 819 758-4041
  • Sherbrooke: 4e mercredi du mois, Naissance Renaissance Estrie, 819-342-4718
  • Drummondville: 3e lundi du mois, Kate, Doula! 784 rue Lafontaine, 819-342-4718
  • Trois-Rivières: 2e jeudi du mois, Cigogne et Baluchon, autres infos à venir (pas encore débuté)!
Rejoindre le groupe privé sur Facebook



Dans le cadre de l'émission « Ça pourrait nous arriver », il est question de la fécondation in vitro. Julie Snyder et Céline Dion y livrent leur témoignage.Voir sur youtube



La Fécondation in vitro expliquée

Si vous cherchez comment expliquer de A à Z la fécondation in vitro à vos proches, référez-les à ce lien... Voir le site



Vos plans versus les plans que l'univers a pour vous.



Des embryons congelés plus frais que nature ?

La revue Fertility and Sterility vient de publier des résultats surprenants dans le domaine de la procréation médicalement assistée. Le transfert d’embryons congelés donnerait de meilleurs résultats que celui effectué avec des embryons frais. Voir l'article



Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK)

Au Québec, on estime qu’entre 10 % des femmes en âge de procréer sont touchées par le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK). Ce trouble hormonal implique de nombreux symptômes qui peuvent influer sur plusieurs aspects de leur vie, que ce soit au niveau de la santé générale ou encore du quotidien. Voir l'article



C’est vraiment vraiment gentil mais

C’est vraiment vraiment gentil, ça part d’une bonne intention j’en suis persuadée, sans aucune malice ni mauvaise foi mais je me permets malgré tout le coming out : EXIT les sages conseils prodigués aux femmes qui comme moi, peinent à s’fabriquer des Minis. Clin d’œil plein d’humour et d’amour aux phrases qui reviennent environ 1 milliard de fois aux quinze minutes. Bon vous avez entièrement raison, j’exagère un peu. 1 milliard de fois aux 20 minutes. ;-) Voir l'article sur le blog



Concevoir – Prévenir et traiter l’infertilité – en librairie le 10 octobre 2013

Fertilys est très fier d’annoncer que le livre Concevoir – Prévenir et traiter l’infertilité, écrit par deux de ses fondateurs, Dr Pierre Miron et Dr Mathieu Provençal, avec la collaboration du Dr Denis Gingras, sera bientôt offert en librairie, d’ici au 10 octobre 2013. Ce livre grand public constitue une sorte d’aboutissement. Côtoyant les couples infertiles depuis de nombreuses années, nous croyons qu’il était temps qu’un tel ouvrage voit le jour. Il permettra aux couples désireux de fonder une famille de mieux se préparer à cette éventualité. On y explore la complexité du processus de conception, l’investigation et les traitements de l’infertilité, dont l’assistance médicale à la procréation, ainsi que le dépistage et le diagnostic prénatal. Voir l'article



Nous avons renoncé à avoir un enfant

Claire et Philippe voulaient un enfant. Ils se sont heurtés à une infertilité psychologique inexpliquée. Après trois ans de procréation médicalement assistée, ils ont décidé de continuer leur vie à deux. Témoignage. Voir l'article



Reportage « La vie à tout prix »

Reportage TRÈS INTÉRESSANT de Maude Montembeault qui a suivi un couple à travers toutes les étapes d'une fécondation in vitro. Présenté à Radio-Canada. Voir le reportage



Fertilité : les framboises boostent les chances de devenir père

Les framboises sont l’un des aliments incontournables si vous essayez de faire un enfant. Ce petit fruit gorgé d’antioxydants protège les spermatozoïdes du stress oxydatif. Voir l'article



Montréal privilégiée

L’attente avant d’avoir accès aux services de fécondation in vitro est jusqu’à neuf fois plus longue dans la région de la Capitale-Nationale qu’à Montréal, dénonce le CHU de Québec, selon qui le programme québécois de procréation assistée est inéquitable. L’attente se prolonge jusqu’à six à neuf mois, à Québec, alors que les délais ne dépassent guère trois à quatre semaines à Montréal, signale le CHU dans son mémoire remis en juin au Commissaire à la santé et au bien-être. Voir l'article



Les commentaires de Julie Snyder

L'attente 9 fois plus longue à QuébecÉcouter l'entrevue



/// Guide de Survie à l'Usage des Couples Infertiles ///

Tout est dit ou presque. 10 à 15% des couples souhaitant avoir un enfant consultent pour des problèmes d'infertilité, on en parle ?Aller sur la page facebook



Fertility Awareness Asia: Help break the silence

One in ten couples in Asia suffers from infertility. This video highlights some of the common myths and misconceptions surrounding infertility as well as the emotional burden placed upon couples facing such issues. Fear, pride, and denial mean many of these couples will suffer in silence. We are committed to raising the awareness of infertility and breaking the taboo of speaking of these issues in Asia. You can help break the silence. Share this video. Voir sur YouTube



Le repos au lit après un transfert d’embryons affecterait négativement la fécondation in vitro

Un essai clinique contrôlé randomisé, réalisé à Valence en Espagne, confirme que le repos au lit après un transfert d’embryons affecte négativement les résultats en fécondation in vitro (FIV). Lire l'article



Que pendez-vous de ce produit ?

Une solution économique, facile et précise de mesurer la concentration de spermatozoïdes dans un échantillon de sperme et par là même la fertilité masculine. Lire la fiche du produit



Glow

Glow est une application pour iphone et ses affiliés. Elle permet d'entrées des données afin de cibler sa fertilité. Site web de l'application



Pas une maladie

L'État dépense l'argent des contribuables de manière irresponsable et souvent à des fins outrageusement politiques, comme ce fut le cas pour la procréation assistée. L'assurance-maladie existe pour donner à tous un accès aux soins médicaux, avec comme objectif la guérison d'un problème de santé. L'infertilité ou, plus communément, la difficulté de procréer, peut sans doute devenir préoccupante pour un couple - et là, je vous parle par expérience -, mais ce n'est pas une maladie qui met la santé en danger.Lire l'opinion



La maladie de la vie

Serge Turgeon se désole qu'au Québec, nous ayons fait le choix social de payer pour la procréation assistée. Selon lui, l'infertilité n'est pas une maladie, et les contribuables ne devraient donc pas payer pour cela. Pourtant, la liste de ce qui est défrayé par la fameuse carte soleil et qui n'est pas une maladie est longue: vasectomie, ligature des trompes, avortement, suivis de grossesse, accouchement, opérations pour rapetisser l'estomac... Je ne suis pas contre le fait que l'on paie pour ces services. Ce qui me dérange, me révolte, c'est que des personnes croient que ce n'est pas un bon choix, dans une société comme la nôtre, de faire payer des traitements de fertilité par l'État.Lire l'opinion



L’infertilité de nos proches

J’aurais aimé ne pas avoir à écrire cet article. Dans un monde idéal, toutes les personnes souhaitant devenir parent devraient pouvoir concrétiser leur rêve, au moment où ils le désirent. Mais à tous ceux qui vivent dans l’attente, je vous souhaite sincèrement qu’un petit rayon de soleil fasse sa place dans vos vies. Je ne peux pas prétendre savoir tout ce que vous ressentez. Sachez toutefois que je partage votre peine. Mon frère et me belle-soeur que j’adorent doivent faire face à cette épreuve. J’ai compris à quel point ne pas pouvoir choisir le moment de la venu de son enfant est une source de souffrance profonde. Je vous transmets à tous ma plus sincère compassion. Nick, Sophie, je tiens à partager votre histoire à partir de mon point de vue. Je ne peux qu’exprimer comment j’en suis venue à comprendre la douleur que vous vivez. Surtout, je veux que vous sachiez que je vous supporte du fond du coeur dans les démarches de fécondation in vitro qui débuteront aujourd’hui. Je suis remplie d’espoir. Lire le blog



Procréer à tout prix

Trois ans après son lancement, le programme québécois de procréation assistée trahit ses vices de conception. Il est urgent d'en resserrer les critères et de faire un suivi adéquat. «Nous constatons une apparente dérive des cas d'infertilité médicale vers une sorte d'"infertilité sociale"», témoigne la Clinique de procréation assistée du CHUM dans son mémoire au Commissaire à la santé et au bien-être. Entre les femmes célibataires, celles dont le conjoint est à l'étranger et les couples d'hommes gais, la clinique voit bien des gens dont les difficultés de procréer n'a rien à voir avec un problème de santé. Et c'est sans compter les casse-tête éthiques - femmes démunies au plan psychologique ou matériel, mère qui veut porter un enfant pour sa fille, etc. Lire l'article



Établir des priorités

C’est bien beau d’offrir des services gratuits, mais il faut quand même établir des priorités, sinon c’est le foutu bordel, tout le monde se pointe avec sa liste d’épicerie et on finit par crouler sous la demande… L’excellent article qu’Héloïse Archambault a signé hier sur le programme de procréation assistée en est la preuve. LE HAUT ET LE BAS DE LA LISTE Il y a tellement de femmes qui se pointent dans les clini­ques pour se faire implanter un embryon dans l’utérus qu’on ne sait plus où donner de l’éprouvette. Qui on accepte? Qui on refuse? Qui on met en haut de la liste? Pas évident… Lire l'article



Le CHUM dépose un mémoire dans le cadre de la consultation publique sur le programme québécois de procréation assistée

Dans le cadre de la consultation publique sur le programme québécois de procréation assistée, le CHUM a déposé un mémoire au Commissaire à la santé et au bien-être. L’objectif de ce mémoire présenté par le CHUM est de participer à la réflexion collective qui s’amorce en partageant les expériences vécues au cours des dernières années. Lire l'article



Le CHUM dépose un mémoire dans le cadre de la consultation publique sur le programme québécois de procréation assistée

Le programme de procréation assistée mis en place par le Dr Bolduc n'a pas de balises précises selon plusieurs. L'ancien ministre de la santé n'est pas d'accord. Écoutez



Procréation assistée : une certaine «dérive»

Couples gais, immigrants sans emploi, célibataires: le manque d’encadrement du programme de procréation assistée mène à une «dérive» dans la sélection des personnes admissibles, selon le CHUM. «Il devient souhaitable (…) d’analyser la situation et d’envisager établir des balises pour permettre aux cliniques de procréation assistée d’appliquer uniformément les règles», peut-on lire dans un mémoire du centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM). Lire l'article



Procréation assistée: un bébé à tout prix ?

Les dérives du programme de procréation assistée du gouvernement du Québec, rapportées dans le Journal hier étaient prévisibles. Aucun encadrement éthique, aucune directives universelles, aucuns barèmes de sélection et c’est la débandade assurée. Sans compter une facture qui approche 60 millions $ par année. Dont une partie qui pourrait aller à prendre soin d’enfants en difficulté. Laisser au seul médecin la décision finale, surtout quand il ou elle récolte des honoraires à chaque fois qu’une patiente passe GO, apparaît pour le moins délicat. Ce n’est pas tant de fonctionnaires dont nous avons besoin. Où sont les éthiciens ? Les philosophes ? Les psychologues ? Ceux et celles dont c’est le rôle de penser la vie ? Pourquoi ne sont-ils pas mis à contribution par le système ?Lire l'article



Consultations publiques

Le Commissaire a reçu du ministre de la Santé et des Services sociaux le mandat de produire un avis sur les activités de procréation assistée au Québec. Dans le cadre des consultations requises pour réaliser cet avis, il sollicite un appel de mémoires ou de témoignages auprès de toute personne intéressée par cette question, que ce soit à titre personnel ou professionnel. Cette consultation vise à recenser les enjeux soulevés par ces activités, qu’ils soient cliniques, scientifiques, éthiques, sociaux, juridiques, organisationnels ou économiques. Votre contribution peut porter sur les enjeux qui vous interpellent ou pour lesquels vous avez une expertise ou une expérience particulière. Témoigner ou déposer un mémoire



Rémunération des gynécologues

Exclusif - Le programme québécois qui permet le remboursement de la procréation assistée fait bien des heureux chez les nouveaux parents, mais aussi chez certains gynécologues qui ont vu leur rémunération publique exploser depuis son entrée en vigueur, en août 2010. Voir l'article



Infertilité et suicide

Infertilité et suicide : quand le désir de vie devient désir de mort Voir l'article



Réjean Hébert s'interroge

Le ministre de la Santé, Réjean Hébert, s’interroge sur la nécessité de baliser l’accès au programme de procréation assistée pour éviter des dérapages. M. Hébert a affirmé mardi qu’il ne remet pas en question l’existence du programme, dont il a souligné l’efficacité pour diminuer le nombre de grossesses multiples. Le ministre a confié au commissaire à la santé et au bien-être, Robert Salois, le mandat d’examiner les questions éthiques soulevées par ce nouveau programme de fécondation in vitro, en vigueur depuis 2010. Voir l'article



Mieux balisée

Le programme québécois de procréation assistée n’est nullement remis en question, soutient le ministre de la Santé, qui réfléchit cependant à la mise en place de balises, afin de mieux en encadrer l’accessibilité. Le ministre Réjean Hébert a fait cette mise au point hier, à la suite de la manchette du Devoir voulant qu’il reconsidère ce programme mis sur pied en août 2010, par le gouvernement libéral. «Après trois ans d’implantation d’un nouveau programme, il est normal de faire le bilan de sa mise en application et de voir comment il est possible d’en améliorer l’efficacité. J’ai demandé au Commissaire à la santé et au bien-être de regarder la pertinence de mettre des balises sur le plan éthique», a-t-il dit. M. Hébert a cité en exemple le cas d’une femme dont le bébé a été pris en charge dès sa naissance par la Protection de la jeunesse. Voir l'article



Communiqué officiel du Parti Québécois

Le 14 mai 2013 – Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Réjean Hébert a tenu à faire le point sur l’information qui circule au sujet du programme québécois de procréation assistée. « Le programme de procréation assistée n’est pas remis en question. L’objectif du mandat conféré au Commissaire à la santé et au bien-être est de me fournir un avis principalement sur les enjeux éthiques et sociaux et les balises qui pourraient – le cas échéant – encadrer le programme, compte tenu notamment de l’évolution extrêmement rapide de la technologie », a déclaré le ministre de la Santé et des Services sociaux. Voir l'article



La procréation assistée sous la loupe

Le ministre Hébert souhaite que le commissaire révise les critères d'accès du programme de procréation assistée. Le gouvernement demande également une étude des enjeux éthiques de la fécondation in vitro, ainsi qu'une étude comparative avec les programmes similaires qui existent ailleurs dans le monde. La procréation assistée est gratuite depuis août 2010 au Québec, et le programme a coûté environ 63 millions de dollars en 2011-2012, et près de 60 millions l'année dernière. Au cours de l'année financière 2012-2013, près de 8000 cycles de fécondation in vitro ont été effectués. Voir l'article



Grande remise en question

Le ministre de la Santé, Réjean Hébert, s’interroge sur «la pertinence d’offrir certaines activités de procréation assistée», a appris Le Devoir. Il a mandaté le commissaire à la santé et au bien-être, Robert Salois, pour répondre à ses questions par l’entremise d’une consultation publique. L’appel de mémoires, qui n’a été diffusé que dans un groupe restreint, se termine le 20 mai. Des consultations avec le grand public, qui n’ont pas non plus été publicisées au-delà du site Web de la commission, se poursuivent en ligne jusqu’au 17 juin. Voir l'article



L'infertilité a doublé en 20 ans

Les cliniques de fertilité risquent de faire de bonnes affaires encore longtemps: le taux d'infertilité a presque doublé en 20 ans au pays. Alors que 8,5 % des couples hétérosexuels échouaient à concrétiser leurs projets de famille après un an sans contraception en 1992, aujourd'hui ils sont 16 %, révèle une étude de Statistique Canada publiée dans le dernier numéro de la revue scientifique Human Reproduction. En 1984, seuls 5,4 % des couples rapportaient de telles difficultés. Voir l'article



Robert Edwards, père de la fécondation in vitro, est mort

Robert Edwards, pionnier de la fécondation in vitro et prix Nobel de médecine, est mort, mercredi 10 avril, à l'âge de 87 ans, a annoncé l'université de Cambridge. "C'est avec une grande tristesse que sa famille annonce que le professeur Robert Edwards, lauréat du prix Nobel, scientifique et co-pionnier de la FIV, est mort paisiblement dans son sommeil le 10 avril 2013 à l'issue d'une longue maladie", a déclaré un porte-parole de l'université de Cambridge, où celui-ci a travaillé de nombreuses années. Robert Edwards avait obtenu en 2010 le prix Nobel de médecine "pour le développement du traitement de la fécondation humaine in vitro" Voir l'article



DESS 5 : L'infertilité côté COUPLE

Après avoir abordé le côté masculin, puis le côté féminin, voici une courte présentation de l'impact sur le couple. Bien entendu, certains éléments sont similaires à ce qui a déjà été nommé chez l'homme et chez la femme. Rien de plus normal puisqu'il faut être deux pour faire un couple! Voir l'article



Question de la semaine: Les carences en vitamines peuvent-elles affecter la production des spermatozoïdes?

Cette semaine, je réponds à la question de Viviane Firmery: "La production des spermatozoïdes est-elle affectée par une carence vitaminique (je pense en particulier à la vitamine D et la vitamine C qui manquent davantage en hiver)?" Pour bien comprendre comment la nutrition pourrait influencer la production des spermatozoïdes, il faut expliquer brièvement les mécanismes de reproduction humaine. Voir l'article



Que faire en cas d'infertilité ?

Une fois que l’envie de faire un bébé devient partagée, il est fort probable qu’on soit d’un coup très impatient de devenir parents. Mais les mois passent et bébé n’arrive pas. Un traitement adapté devra peut-être être mis en place et s’il ne porte pas ses fruits il faudra faire appel à des méthodes de procréation assistée. Voir l'article



La fertilité dans votre assiette!

Manger n’est pas un geste anodin. On sait qu’une bonne alimentation est un passeport pour une bonne santé. Mais saviez-vous que la fertilité passe aussi par l’assiette? Joignez l’utile à l’agréable et améliorez vos chances de grossesse en vous régalant. Du poisson, des fraises et même de la crème glacée! Découvrez quoi manger pour une meilleure fertilité. Le menu idéal pour augmenter sa fertilitéVoir l'article



DESS 4 : L'infertilité côté FÉMININ

Après avoir abordé le côté masculin, j'aimerais vous présenter un cours résumé de ce que j'ai répertorié du côté féminin. Voir l'article



Dossier complet

Après avoir abordé le côté masculin, j'aimerais vous présenter un cours résumé de ce que j'ai répertorié du côté féminin. Voir le dossier



Témoignage d'Alyson

J'avais tout. J'étais en amour par-dessus la tête, j'avais un confortable chez-moi, j'étais sortie en masse dans les bars, j'avais le diplôme que je convoitais tant ET l'emploi qui allait avec. Tout avait été si facile jusqu'à maintenant. On dirait que la vie m'offrait tout ce que je voulais facilement parce qu'elle savait que mon plus grand désir serait difficile à exaucer. Un jour, mon couple était prêt. On était rendu là, on voulait un enfant. On était prêt à mettre notre égoïsme, notre temps libre et nos sorties de côté pour avoir enfin une famille. Évidemment, je m'attendais à ce que ce soit rapide et facile. Qu'est-ce qui est plus simple dans la vie que d'avoir un enfant, après tout? Je suis alors tombée enceinte 3 mois après l'arrêt de mes pilules, en août. Je me suis convaincue, pendant un court moment, que faire un enfant, c'était facile. Huit semaines plus tard, à 12 semaines de grossesse, je perdais ce petit être là. C'est là que j'ai frappé un mur. Voir le témoignage



Mode d’emploi pour des proches maladroits

Ce suit suit me concerne directement. Je ne prétends pas que tous les couples infertiles vivent ces mêmes émotions mais peut être avez-vous déjà vécu des situations s’apparentant à celles qui suivent? Les vagues d’empathie ne sont pas toujours adaptées de la part de nos proches ou de nos collègues de travail…Tout comme les gens traversant un deuil, l’infertilité apporte ses lots de commentaires maladroits. Voir l'article



Le sperme serait de meilleure qualité à la fin de l'hiver

Les couples qui essaient d'avoir un enfant seront contents de savoir qu'une étude récemment publiée montre que la meilleure période pour cela serait en hiver et au début du printemps, lorsque le sperme est de meilleure qualité. Des scientifiques israéliens ont étudié des échantillons de sperme de plus de 6000 hommes suivant un traitement pour lutter contre l'infertilité entre janvier 2006 et juillet 2009. Voir l'article



Le sperme serait de meilleure qualité à la fin de l'hiver

Rencontrer des difficultés pour concevoir un enfant représente une véritable angoisse pour de nombreux couples. L'infertilité concernerait 80 millions de personnes dans le monde, un couple sur 6 est confronté à des difficultés pour réaliser son désir d’enfant. L'assistance médicale à la procréation permet à de nombreux couples d'accéder à la maternité. Quelles sont les causes ? Quand consulter ? Comment se déroulent les examens ? Quels sont les traitements ? Voir l'article



DESS 3 : L'infertilité côté MASCULIN

Le désir d'enfants n'est pas que féminin. On s'en doute. Certaines ont un conjoint qui affirme haut et fort leur désir, du moins dans le couple. En parler avec la famille, les amis, les collègues, c'est autre chose. D'autres femmes font face à un homme qui laisse croire qu'ils font ça pour elles, que d'avoir un enfant ou non, n'est pas si important que ça... Certains hommes peuvent même nous laisser croire qu'ils sont froids, sans émotions, par rapport à ce désir et à l'infertilité. Si c'est vrai pour certains hommes, est-ce que ça l'est pour la majorité? Est-ce seulement une façade? C'est un angle que je dois aborder dans mon essai. Voici donc le résultat de mes recherches. Voir l'article



DESS 2 : Parlons SEXE!

C'est un sujet qui revient souvent sur les forums de discussions, mais dont on parle rarement avec nos amis et nos familles. Allez savoir pourquoi ;o) Dans mon essai, j'ai décidé d'aborder le côté "vie sexuelle" du couple suite à l'annonce de l'infertilité et pendant les traitements d'infertilité. Pour moi, il y a vraiment une distinction à faire entre "pendant l'investigation et à l'annonce" et "pendant les traitements". Les auteurs semblent partager mon point de vue. Voir l'article



DESS 1 : Quelques lectures

Depuis déjà quelques semaines, je fouille sur les moteurs de recherche spécialisés, j'imprime, je lis, j'annote et je classe : par thème, par info qui appuient, contredisent ou nuancent ma pensée. Bref, je travaille fort! Parfois, je tombe sur des articles qui me font réagir négativement. Souvent, je devrais dire... Ce n'est pas nouveau pour moi, je n'aime pas l'approche psychodynamique (Freud et ses amis). Ce n'est vraiment pas ma tasse de thé! Et comme, jusqu'à présent, mes recherches ont principalement été effectuées en français, la majorité des articles vont de pairs avec cette approche. Faut savoir que les articles francophones proviennent majoritairement, si ce n'est presque exclusivement, de la France, la Suisse et la Belgique. Pays où l'approche psychodynamique est très (trop?) présente à mon avis. Voir l'article



PMA : préserver son couple



La stimulation ovarienne : comment ça marche ?

La stimulation ovarienne est la première étape des traitements contre l’infertilité, notamment recommandée en cas de troubles de l’ovulation. L’objectif ? Stimuler la production d’ovocytes afin d’optimiser les chances de grossesses. Voir l'article



Vidéo sur la FIV ICSI

Explication vidéo de la FIV ICSI (micro-injection de spermatozoide dans l'ovule) sur le site de AuFeminin.tv Voir la vidéo



Vidéo : comment un embryon est-il sélectionné ?

Explication vidéo de comment est sélectionné un embryon en FIV sur le site de AuFeminin.tv Voir la vidéo



Vidéo : le jour du transfert

Vidéo expliquant le transfer d'embryons. AuFeminin.tv Voir la vidéo



Dix pour cent des couples souffrent d'infertilité

Près d'un quart des couples ne parvient pas à avoir un enfant après un an de tentatives sans contraception et plus de 10% n'y parviennent toujours pas deux ans après. C'est ce que révèle une étude de l'Inserm parue dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire du 21 février, consacré à l'environnement et l'infertilité. Voir l'article complet



On Infertility: The status we don’t share on Facebook

Un texte (en anglais) très intéressant sur le parcours d'une femme qui a eu recours à la procréation assistée. Voir l'article complet



Moi, je pogne juste des
« Please try again » à Dérrrrroule le rebord de Tim Horton...
ça me rappelle quelque chose...



La chanson d'Okoumé « À l'enfant que j'aurai » dans une salle d'attente de clinique de fertilité...
c'est... ouin...



Beaucoup d'infertiles s'attachent et s'identifient à cette chanson de Jason MrazVoir sur youtube



Programme de procréation assistée - Fertile en coûts

Le 1er mars 2013, l'éditorialiste Antoine Robitaille du journal Le Devoir a écrit cet article au sujet de la procréation assistée. Je ne veux pas nier les coûts rattachés au programme, sauf que ce fut une occasion de relancer le débat, de ressortir les clichés sur les infertiles... Il n'y a qu'à lire les commentaires au bas de l'article ou sur leur page facebook lorsqu'ils ont partagé leur article. Voir l'article complet



Dossier : La reproduction humaine dans tous ses états

Dossier de Radio-Canada très intéressant sur la reproduction humaine et ses techniques. (1978-2004) Voir le dossier



Campagne : don de spermatozoïdes ou don d’ovocytes.

Campagne en France visant à rejoindre les personnes souhaitant faire un don de sperme ou d'ovocyte. Voir le site web



L'AMP (assistance médicale à la procréation) ma femme et moi

Bilan de fertilité, fécondation in vitro, insémination artificielle… l’Assistance Médicale à la Procréation change votre vie et celle de votre couple. Comment vivre le mieux possible cette expérience ? En tant qu’homme, quel rôle tenir et comment réagir à certaines situations ? Ce site est là pour vous aider avec des repères techniques, psychologiques, et des témoignages d’hommes riches d’enseignements. Voir le site web



Délicieuse chanson de Charlotte Marin, une chanteuse française, sur la fécondation in vitro. Voir sur youtube



Entrevue avec le Dr Kadoch à Salut Bonjour.

Entrevue avec Dr Jacques Kadoch, directeur médical de la Clinique de procréation assistée du CHUM. Voir le vidéo



La FIV avec ICSI : une solution pour traiter l’infertilité masculine

Véritable révolution dans le traitement de l’infertilité masculine, l'injection intracytoplasmique de spermatozoïde ou ICSI, dernière née des techniques d’AMP (Aide médicale à la procréation), a prouvé son efficacité. Voir l'article



La fécondation in vitro, comment ça marche ?

En juillet 1978, naissait Louise Brown, le premier enfant issu d'une fécondation in vitro. Cette méthode, appelée ainsi car la fécondation se fait à l’extérieur du corps de la femme, est utilisée dans le cadre de la procréation médicalement assistée. Son but : permettre à des couples connaissant des troubles de la fertilité d’avoir un enfant. Le point sur le déroulement d’une FIV classique. Voir l'article



Un bébé contre toute attente

Dossier complet, incluant des témoignages et des articles. Voir l'article



" This is my story. I met a real prince charming, we got married, started our own businesses and decided to try for a baby. I didn't know starting a family isn't always easy. No one told me about infertility. No one told me that one in eight women struggle with this. And no one told me how alone infertility can make you feel. Unless you've been through it, it's impossible to relate to. I hope to have children one day...but until then, maybe this will help those struggling like me." [Song: Christina Perri, A Thousand Years] Voir sur youtube





Please try again