« I won't give »

Mon copain et moi avons commencé les essais pour bébé #1 en avril 2011. Nous avions tous les deux 26 ans. J'ai cessé de prendre la pilule contraceptive à ce moment-là et j'ai eu toutes sortes de cycles, passant de 30 jours à parfois 50 jours, le tout accompagné par une prise de poids et des poussées d'acnée. Bref, un beau débalancement hormonal!

Après environ 3-4 mois, j'ai décidé de commencer à faire des courbes de température et des tests d'ovulation afin de m'y retrouver et de voir si j'ovulais. J'ai fait des courbes de température pendant environ 3 mois, mais je n'ai pas aimé l'expérience. Je devenais accro et scrutait ma courbe en la comparant à celles des autres sur internet. J'y pensais tout le temps, ce n'était pas très sain. Par contre, je croyais constater une ovulation à chaque courbe, quoi que mes cycles n'étaient pas réguliers. Après 3 mois, j'ai finalement arrêté de la faire et j'ai continué à faire des tests d'ovulation parfois et à essayer de "timer" nos relations avec le résultat des tests. Sans succès...

Après environ 15 mois d'essais infructueux, nous avons pris la décision de communiquer avec une clinique de fertilité. Au début mon conjoint était un peu réticent, pensant qu'on y allait trop vite, mais comme j'étais inquiète, je lui ai expliqué que cela ne nous engageait à rien et que si tout était beau, on laisserait simplement le temps faire son oeuvre. Il a finalement été d'accord à ce que l'on consulte pour nous rassurer que tout était normal... Nous avons eu notre premier rendez-vous le 13 juillet 2012.

Nous avons commencé par les bilans de base. Cela n'a pas été très long, avec mes symptômes et le bilan de réserve ovarienne, pour que le médecin diagnostique mon syndrôme des ovaires polykystiques. J'ai commencé à prendre du metformin (3x500mg/jour) en septembre 2012 et j'ai vu après 1 cycle une grande amélioration. Cycles réguliers, moins d'acnée, perte du poids pris lors de l'arrêt de la pilule.

Par contre, suite au résultat du spermogramme de mon copain qui était mauvais, il a dû en refaire un autre et rencontrer l'urologue. Son deuxième spermogramme était encore pire que le premier (0,7 millions de spermatozoides par ml) et l'urologue lui a prescrit plusieurs tests à faire, dont des tests de génétiques, des échographies et des prises de sang. Ses tests de génétique sont tous normaux, son échographie abdominale aussi. Quant à son échographie testiculaire, l'urologue a constaté que sa testicule droite était atrophiée et qu'il y avait des lésions (genre de tâches) sur celle-ci. Il doit repasser une autre échographie testiculaire le 15 février prochain (mise-à-jour plus bas) et revoir l'urologue, qui veut s'assurer que cela ne soit pas cancéreux.

Une fois que nous avons eu tous nos résultats, nous avons revu notre médecin en novembre, qui nous a référé directement vers la fécondation in vitro, ICSI, vu le faible nombre de spermato de mon chum, en plus de leur mauvaise qualité (malformation et mobilité mauvaise). On lui a diagnostiqué une OAT sévère, mais nous ne savons pas encore la cause exacte.

Nous allons débuter la fécondation in vitro en février. J'ai un protocole antagoniste qui s'échelonne sur deux cycles, alors je saurai à la fin du mois de mars, début du mois d'avril, si cela aura fonctionné. Je consulte également en acunpuncture depuis le mois de novembre afin d'accompagner la FIV et de maximiser nos chances. Pour l'instant, cela me permet un moment de détente bien apprécié. J'ai aussi débuté un suivi avec une psychologue. La raison qui m'a fait consulter n'était pas notre infertilité, mais je me rends compte que cela occupe une grande place dans mes soucis et dans mes émotions, puisque j'en parle beaucoup lors de nos séances. Cela m'aide à passer à travers et m'aidera certainement advenant le cas où nos traitements ne sont pas un succès.

Mise-à-jour 22 février 2013 : Mon conjoint a revu l'urologue parce qu'il a vu à son échographie qu'il a des lésions sur la testicule droite. Il a donc repassé une nouvelle échographie et doit revoir l'urologue lorsqu'il aura reçu les résultats, pour s'assurer que ce ne soit pas cancéreux. Selon le radiologiste, tout semblait correct. Également, notre tour pour la FIV est arrivé et j'ai commencé à prendre de l'Estrace le 20 février dernier. J'attends mon prochain jour 1 pour débuter la stimulation.

Stéphanie


Partagez cette page sur : et

autres