Le prélèvement d'ovules

Le jour P pour prélèvement d'ovules (ou ponction)

Je devais être à jeun (liquide inclus) depuis minuit. Ma ponction était prévue à 8h45. Tout est schédulé à la minute près. C'est important car 34 heures auparavant, je me suis injectée un médicament pour faire déclencher mon ovulation. Et les ovaires peuvent commencer à libérer les ovules à partir de 36 heures suites à cette injection. Le médecin doit aller chercher mes ovules pendant qu'ils sont encore dans mes ovaires.

On se présente donc à la clinique de fertilité pour 8h. Quelques minutes avant dans la voiture, j'ai pris l'Ativan qu'on m'avait prescrit pour m'aider à relaxer. Je me sentais quand même déjà plutôt relaxe, vraiment je n'étais pas si stressée que ça. Immédiatement, une infirmière vient me chercher pour m'amener dans une salle où je devrai me préparer. Elle me donne des papiers à remplir au sujet des embryons congelés, s'il y a lieu. Des consentements à savoir ce qu'ils font si un des conjoints (ou les deux) décèdent et qu'ils ont des embryons congelés. Et je pense aussi que le questionnaire demandait ce qu'ils font avec nos embryons qui ne se sont pas développés. Personnellement, nous avons coché qu'ils peuvent s'en servir pour leurs recherches plutôt que de les détruire.

L'infirmière m'a aussi demandé de me dévêtir et de mettre une "jacquette" d'hôpital et les pantoufles. Elle est sortie. Mon chum est venu me rejoindre. Et une autre infirmière est venue me faire signer les consentements opératoire et me poser smon soluté. Puis, je devais aller à la salle de bain et aller au bloc opératoire tout de suite après.

J'entre au bloc opératoire, 3 femmes m'accueillent. Je m'asseois sur le lit. La première femme qui me parle est l'embryologiste. Elle me dit qu'elle va être là tout le long et que je peux suivre ce qu'elle fait sur le grand écran. Elle va analyser tout ce que le gynécologue va récolter et faire le dénombrement des ovules. Il y avait aussi je crois une anesthésiste et une infirmière avec moi. Mon chum aussi était là.

L'anesthésiste m'a donné un médicament anti-douleur et un autre dont je ne me souviens plus trop. Puis l'infirmière s'est adressée à moi pour voir comment j'allais et m'expliquer le déroulement. Elle m'a installée un tensiomètre sur le bras puis on me demande de mettre mes jambes sur les étriers pour être en position gynécologique.

Je regarde l'heure, il est 8h43. L'infirmière appelle le gynécologue à l'intercom. Nous sommes prêts.

Le gynécologue entre dans le bloc et nous salue. La première étape consiste à installer un spéculum et aller désinfecter tout tout tout avec de l'iode. Puis, c'est le moment de l'anesthésie. 4 petites piqûres dans les parois de mon vagin. La première, j'ai très bien senti quand il l'a faite. La quatrième, je sentais qu'il y avait quelque chose, mais aucune douleur. Quelque part dans tout ça, peut-être avant l'anesthésie je ne sais plus, il a enlevé le spéculum.

Puis, il installe un champs stérile. Il prend la mesure de mon endomètre pour savoir s'il peut accueillir un embryon dans les prochains jours. C'est maintenant le temps de la ponction. Il prend le même outil que lors d'une échographie endovaginale pour se repérer dans mes ovaires. Je vois le tout sur le petit écran. À l'aide d'une fine aiguille reliée à quelque chose qui va recueillir le liquide contenu dans chacun de mes follicules et ce liquide sera analysé par l'embryologiste qui cherchera des ovules. Ce ne sont pas nécessairement tous les follicules qui contiendront un ovule.

À l'aide de l'écran échographique, je vois l'aiguille aspirer l'intérieur de mes follicules. C'est en noir et blanc. Lorsqu'un follicule est plein, c'est noir et à mesure que le liquide est aspiré, ça disparaît. Lorsque le gynécologue était rendu à mon ovaire droit, c'était spécial, je sentais qu'il était à cet endroit dans mon ventre, mais ça ne faisait pas mal du tout. En moins de 10 minutes, c'était terminé.

Pendant ce temps, j'entendais l'embryologiste compter le nombre d'ovules qu'elle trouvait. Au moment de sortir du bloc, elle était rendue à 9 ou 10.

On me ramène dans ma petite chambre de réveil. Je dois y rester au moins 1 heure pour s'assurer que tout est correct. Mon homme doit aller faire ce qu'il a à faire dans la pièce prévue à cet effet. Au bout de quelques minutes dans ma chambre, une infirmière vient me voir pour m'annoncer que j'ai 15 ovules. Je suis contente, ça donne plus de chances d'avoir un bon nombre d'embryons. Je me sens plutôt bien. Un moment donné, je sens que l'effet des médicaments s'estompe et je commence à avoir de petites douleurs au ventre, mais sans plus.

Mon homme revient. Je lui annonce que nous avons 15 ovules. Je tente de relaxer un peu. L'infirmière me dit que je peux manger et elle m'apporte aussi un verre d'eau. Vers 10h, elle vient nous voir pour nous dire que nous pouvons quitter. Elle me conseille de boire du Gatorade pour aider à l'hydration et que si j'ai des douleurs de prendre des Tylénols aux 4 heures.

De retour à la maison, je me sens bien. Je suis confiante. Et je n'ai pas de grosses douleurs. Mon homme va travailler. Je décide de faire une sieste. Je me fais réveiller par l'appel de l'embryologiste qui me dit que parmi les 15 ovules, j'en ai 6 de matures qui ont chacun été injectés d'un spermatozoïde. Nous devons attendre quelques jours pour en savoir davantage.

À suivre / L'appel de l'embryologiste quelques jours plus tard.


Partagez cette page sur : et

autres