Témoignages

En décembre 2010, après 2 ans d'essai, mon gygy nous détecte une infertilité et nous envoie en centre de la fertilité pour nous donner un coup de pouce avec la science, vu que Dame Nature ne nous aide pas.

2011, on passe tout plein d'examens pour savoir pourquoi Dame Nature ne nous aime pas mais là, on nous apprend que l'on a une infertilité inexpliquée. Du coup en septembre, on commence une FIV en ICSI, ma cousine m'a expliqué le processus grâce à son expérience donc même si je sais que la première sert à connaître le bon dosage, j'y vais confiante. Octobre, la prise de sang est négative, je suis déçue mais pas grave, je veux vite recommencer.

2012 arrive mais on ne se doutait pas de ce que cette année serait faite, pour nous c'était notre année, je serai enceinte!!!! Mi-février je commence mon traitement tranquille, arrive le jour de la ponction cool c'est la bonne; ponction faite, je vais bien je suis confiante, mon médecin arrive, le visage défait, je m'inquiète avec mon chéri et là, elle m'annonce que rien a été ponctionné, j'ai ovulé juste avant... Bref je remonte la pente et la prochaine FIV est programmée pour juin alors on croise les doigts. Donc les mois passent et nous voilà en juin, cette fois tout le monde est optimiste pour moi mais je reste en réserve. Cette fois tout se passe bien et je suis enceinte. Je suis la plus heureuse à ce moment là.

Mais un jour l'orage arriva sans crier gare. A 2 mois de grossesse, je pers du sang dans ma tête c'était l'hécatombe "je fais une fausse couche j'ai perdu mon bébé", ma mère m'emmène à l'hôpital . On m'annonce que ce n'est pas une fausse couche mais un décollement important alors je suis mise en arrêt. Au bout de 2 mois mon décollement a disparu et mon gygy de l'époque me dit "pas de souci vous pouvez reprendre". Bref après mon arrêt et quelques jours de vacances accordés par mon patron me revoilà au boulot. 31 octobre je suis enceinte de 22 SA, il est 23h, mon monde commence à s'écrouler sous mes pieds, je viens de perdre les eaux; 12h après tout est fini dans ma tête c'est l'apocalypse. Tout le monde me dit que je suis forte mais au fond de moi je hurle de douleur et encore à ce jour, je souffre.

2013, il faut que je me relève, on programme un transfert d'embryons, il m'en reste 2. L'angoisse est là, j'ai peur de ce qu'il va se passer... Les dés seront bientôt lancés...

Mise-à-jour 2 août 2013 : 2013 commence dans la tristesse de la perte d'un être cher à mon cœur, mon grand père et j'ai la sensation que mon couple bat de l'aile. En janvier, pour m'aider dans mon deuil, je décide de me faire un tatouage pour continuer de garder mon bébé avec moi. Février 2013 donc, nous enterrons mon grand père.... J'ai du mal à supporter cette perte qui est aussi douloureuse que la perte de mon enfant mais j'ai un objectif qui est mon transfert d'un petit esquimau qui se fait le lendemain. J'ai 2 petits embryons qui m'attendent et j'espère que tout se passera bien malgré la tristesse.

Début mars, le verdict tombe, je ne suis pas enceinte et je n'ai plus d'embryons car l'un 2 n'a pas supporté la décongélation. Mon homme après cet échec se fait faire un tatouage aussi pour garder notre enfant en lui, j'ouvre enfin les yeux sur la tristesse de mon homme et je décide de na pas me laisser aller, je vais me battre pour mon enfant, notre couple ne lâchera rien, on aura notre bébé!!!

On prend rendez vous avec notre gygy de centre pour programmer une nouvelle FIV et là, surprise, on reprend du début, les anciennes FIV ne comptent pas, on repart avec 4 FIV. Là je me rend compte de la chance que l'on a en France d'être pris en charge à 100% car financièrement, ça plombe... Bref, la prochaine FIV aura lieu en juin, et elle concorde à une semaine près avec celle de l'an dernier qui m'a permis d'être enceinte. Est ce un signe ???? Le verdict tombe et c'est un nouvel échec à encaisser.... Mon cerveau tourne, je ne sais plus quoi penser, je suis perdue... Tout le monde me dit que je suis forte, que je mérite cet enfant que je désire. J'apprend une grossesse qu'une amie voulait me cacher, on me demande pourquoi je ne change pas de centre, je n'en peux plus, je suis écoeurée de tout ça. Je voudrais avancer mais, je n'y arrive pas. Je ne changerai pas de centre car je l'aime bien et à force, je connais le personnel.... Je décide enfin d'aller voir quelqu'un car j'ai besoin d'aide, je dois tout évacuer... Je sors de ce rendez vous libérée de mes chaînes, je me sens bien sans imaginer cette nouvelle catastrophe à venir... J'attend l'arrivée de mes vilaines dans le mois de juillet; la date présumée de leur arrivée est passée et toujours rien, je me dis peut être une grossesse naturelle, ça serait top.

Entre temps, je vois ma gygy qui me donne une prise de sang à faire. Je sors de mon travail et sur mon portable, je vois que ma gygy m'a appelé et là, la foudre frappe de nouveau, je ne suis pas enceinte (je ne suis pas vraiment surprise), mais je n'ai pas ovulé non plus.... Je n'en peux plus, je fonds en larme. Heureusement que ma copine est là et me remonte le moral.

Au moment où je vous raconte ce récit, je suis sous traitement pour un cycle artificiel afin que la machine se remette en route et que je reparte en FIV... J'espère que tout va rentrer dans l'ordre, mais je ne désespère pas d'avoir cet enfant car j'ai beaucoup d'amis qui me soutiennent.

Dans cette aventure, j'ai rencontré des gens merveilleux, lu des livres sur le combat de l'infertilité ( "Un GPS pour la cigogne 1 et 2", de l'auteure Amandine Forgali ) et même si la Dame Nature ne veut pas être favorable avec nous, il ne faut pas baisser les bras car nos seules armes dans cette aventure est notre volonté de donner la vie et que si on le fait c'est vraiment que ça en vaut la peine.

Gaëlle


Partagez cette page sur : et

autres