Qui suis-je ?

Je suis l’une de celle qui vit depuis plusieurs années avec l’infertilité. Voilà 7 ans que mon conjoint et moi tentons sans succès d’avoir un premier enfant. Avoir le souhait d’avoir terminé sa famille avant ses 30 ans. Se retrouver finalement à 30 ans et ne même pas l’avoir commencée. C’est indescriptible.

Ce qui est décrit sur ce site est notre vie, les étapes par lesquelles nous sommes passées, les émotions qui nous ont traversés et submergées, les murs de briques auxquels nous nous sommes butés, les espoirs auxquels nous nous sommes accrochés, les échecs que nous avons dû accepter…

Notre parcours en résumé

Années d’essais. Consultation gynécologue. Bilan sanguin. Cytologie. Spermogramme. Urologue. Asthénozoospermie. Hystérosalpingographie. Laparoscopie. Endométriose stade 1. Courbe de température. Clomid. Clinique de fertilité. Inséminations artificielles. Échecs. Bilan sanguin. Cytologie. Test de survie (spermatozoïdes). Caryotype. Signatures des consentements pré-FIV. Attente. Appel de l’infirmière me disant que c’est notre tour sur la liste. Début du protocole long. Suprefact 5 fois par jour + asa. Stimulation pendant 10 jours au Gonal-F + luvéris. 15 follicules. Ponction. 15 ovules. 6 matures et injectés (fiv icsi, par micro-injection d’un spermatozoïde dans chaque ovule). 0 fécondés. 0 embryons. FIV ICSI#1 prise 2. Stimulation ovarienne pendant 10 jours Gonal-F + luveris. 12 follicules. Ponction. 10 ovules. 9 matures et injectés. 6 embryons à jour 3. 1 blasto jour 5 et 2 blastos jour 6. Transfert au jour 5. Prise de sang négative. TEC d’un ou deux blastos jour 6. Aucun des deux ne survit à la décongélation. Transfert annulé. Faut repasser par la FIV…
Nouvelle clinique. On me fait passer une hystéroscopie. On nous  fait repasser par les inséminations artificielles avant de ré-envisager la FIV.

Les amis

Comme nous venons de franchir la trentaine, la majorité de nos amis ont eu des enfants. Avec le temps, nous les avons perdus de vue.

C’est peut-être de notre faute, c’est peut-être de la leur. Une chose est sûre, nos intérêts ne sont plus les mêmes. Et sans doute que nos émotions ont été trop lourdes à gérer pour eux comme pour nous. Cela m’attriste de ne plus avoir ma gang d’amies… et surtout ce qu’elles doivent se dire de moi. On a essayé de renouer le contact en allant déjeuner juste les filles ensemble, mais semblerait que cela n’a pas fonctionné… Via facebook, on se parle de temps en temps, mais ce n’est vraiment plus pareil. Je préfère ne pas trop y penser…

Je pleure. Eh oui, lorsqu’on m’annonce une grossesse, je reçois un coup de poignard au coeur. Et même si on me dit que l’on me comprend, je ressens tout de même une incompréhension, qu’ils se disent dans notre dos que je ne devrais pas réagir ainsi.

Mais il faut comprendre que, ça me ramène notre échec en pleine face. Je ne déteste pas les gens qui réussissent, je les envie.

Le rejet. Sentir qu’on est moins intéressant parce que nous n’avons pas d’enfant. C’est une réalité. Leurs enfants ne peuvent pas jouer avec les nôtres. C’est plus intéressant d’aller voir les petits-enfants plutôt qu’un couple seul.

Les clichés. Toutes ces petites phrases clichées que l’on entend lorsque nous sommes infertiles, ce ne sont pas des légendes urbaines. Même si elles ne partent pas d’une mauvaise intention, elles font mal quand même.

Ce site

Suite à plusieurs événements dans lesquels je n’ai pu que constater le manque d’informations, les clichés, les tabous, les malaises… j’ai eu envie d’ouvrir ce site web.

Ce fut une tâche colossale de rassembler tous les détails de notre parcours et de les présenter sous formes d’étapes claires et précises. Ce fut beaucoup plus long que je ne l’aurais pensé !

Pour chaque étape de la page d’accueil, vous pouvez cliquer sur 2 choses. La loupe : qui vous fait apparaître une image style publicitaire de l’étape en question. Ou le lien : qui vous amène vers une page racontant la petite histoire attachée à cette étape.

Pourquoi ?

Pourquoi as-tu mis en ligne ce site web ? Pourquoi y es-tu anonyme ?

J’ai mis ce site en ligne pour tout ce que je viens d’énumérer dans cette page. Plus on parle d’infertilité, moins cela deviendra tabou. Il n’y aura jamais trop de sites, de forums, de pages facebook sur le sujet. Pas tant que nous lirons des clichés, des commentaires désobligeants, mal informés. Pour ce qui est de l’anonymat… Ce n’est pas parce que je veux cacher ce que je vis. Mais je ne suis pas obligée de dire haut et fort à la terre entière non plus. De plus, j’aimerais que ma famille et amis ne sachent pas absolument tout en temps réel. Si ça fonctionne, j’aimerais bien me réserver le droit d’annoncer la bonne nouvelle en temps et lieux ! :)

 

Objectif

L’objectif d’Émotions in vitro est de partager le vécu de personnes qui vivent avec l’infertilité. Tout d’abord avec le parcours d’un couple, étape par étape. Le site sera mis-à-jour au fur et à mesure des étapes qui suivront.

Vous pouvez également lire les témoignages que d’autres personnes ont acceptés de livrer.

Ce projet a pour but de sensibiliser les gens tant du coté technique qu’émotionnel.

Afin d’étendre davantage le projet, j’ai créé une page facebook, un twitter, ainsi qu’un Pinterest.

Facebook et twitter : Ces deux pages sont liées, ce que je publie sur facebook est automatiquement publié sur twitter. Je m’y exprime. Au fur et à mesure des événements. Je fais des recherches presque tous les jours au sujet de l’infertilité et la procréation assistée. Je vous partage les nouvelles, mes découvertes… et parfois des trucs vraiment « weirds » ! On se ne cachera pas que ces médias sociaux ont une visibilité exceptionnelle. J’y espère un partage de mon site web, des étapes, des liens… La plus grande visibilité possible !

Pinterest : Sur Pinterest, on partage des images, des vidéos. Je re-partage ce qui est pertinent et j’y inclus également toutes les images publicitaires du site web.

No Comment

Leave a Reply