Je ne m’étais pas encore présentée officiellement à vous. Voici donc mon histoire d’infertilité secondaire, d’infertile-fertile ou de fausse-coucheuse professionnelle. À vous de choisir!

Le jour où on décide d’avoir un premier enfant, mon conjoint et moi, est assez nébuleux… Mon homme, il ne parle pas beaucoup, alors des décisions claires et tranchées, ce n’est pas son fort. Je profite alors d’une visite chez le médecin pour me faire retirer mon stérilet. Puis, naïvement, et puisque tout le monde me dit que tomber enceinte, ça n’arrive pas aussi instantanément qu’on pourrait le croire, on se prépare à quelques mois d’essais avant de voir le fameux test de grossesse positif. On ne l’aura pas attendu bien longtemps… une couple de jours finalement.

Ma grossesse (mis à part de mon premier trimestre où j’ai saigné presque tout le temps) s’est passée comme un charme. Accouchement, allaitement mais surtout révélation. Je suis faite pour être mère; j’ai ça dans le sang! Moi et mon conjoint, on décide qu’on en veut un deuxième… pis pas dans 100 ans. Ma puce a 8 mois et déjà, on est repartis dans les essais. On est en Juin 2012.

Les essais commencent et c’est INTERMINABLE! Persuadée que je suis hyperfertile, chaque mois de test négatif est une déception grandissante… juillet, août, septembre, octobre, novembre, décembre. Nous fêtons la première année de vie de ma fille et je me souviens d’avoir dit à ma mère en cachette dans la cuisine que j’étais vraiment déçue de ne pas pouvoir profiter de cet évènement familial pour annoncer ma 2e grosesse. Finalement, quelques semaines plus tard, fin décembre, je teste +, quelle joie!!!

Au jour de l’an je n’annonce pas la nouvelle à personne, sauf à mes parents à la fin du party, quand tout le monde est parti, je flotte littéralement sur un nuage. Ça y est, mon 2e amour est en route! On schédule déjà mon père et mon frère pour m’aider à finir des divisions dans le sous-sol durant l’hiver pour pouvoir déménager le bureau en bas et libérer la 2e chambre.

Mon nuage s’écrase le 5 janvier 2013. FC à 5SA2J, confirmée par PDS comparatives; le taux descend, j’ai du spotting. Fin d’un rêve, mais surtout fin de l’innocence. À partir de là, être enceinte n’a plus jamais été une “bonne nouvelle” mais plutôt une source d’angoisse…

Ça prendra 60 jours avant que mes règles reviennent, puis quelques mois d’essais avant que ça “colle” je me sens pressée de retomber enceinte, comme pour effacer l’image négative que j’ai dans la tête. On finit les rénos du sous-sol, la chambre est donc vide et notre bureau tout neuf fini….

———————- Fin de la 1ère année d’essai ———————- 

Le 18 juin 2013, enfin, TG+! Nous sommes confiants, je sais qu’une FC est normale, j’ai des amies qui en ont faite une, pas de quoi fouetter un chat. On a donc confiance mais j’ai tout de même un brin d’appréhension. Un mois plus tard, spotting… échographie durant laquelle on voit le coeur battre. À ma première grossesse, il m’était arrivé la même chose. Je suis confiante donc que d’avoir vu le coeur est gage de fin heureuse. (J’apprendrai plus tard que le coeur battait beaucoup trop lentement mais que la technicienne n’était pas autorisée à me donner ce genre d’information avant que je rencontre un médecin…) Finalement les saignements empirent, les prises de sang confirment la FC2 à 6SA6J.

À partir de ce moment, mon médecin de suivi de grossesse m’envoie passer une batterie de tests sanguins, le “gros kit”. Je la remercie du fond du coeur car habituellement, c’est après 3 FC qu’on peut commencer à passer les tests. Mais elle est enceinte et va bientôt quitter, elle veut s’occuper de moi avant de partir. Depuis mon accouchement, j’ai un problème de thyroïde, on pousse donc aussi plus loin les tests de ce côté.

Ma doc part en congé de maternité fin août, et les résultats ne sont toujours pas rentrés… suspectant aussi un manque au niveau de la progestérone en début de grossesse, je ne prend pas de chance et demande un rendez-vous en fertilité chez OVO pour lui emmener les résultats de mes PDS et mes questions et m’informer sur ce qui pourrait m’aider.

J’avais rendez-vous le 25 septembre. Je fais toutefois un test de grossesse + le 20 septembre. Je me présente donc à la clinique de fertilité… enceinte! Le médecin analyse les résultats et me dit que tout est beau, il me prescrit une 2e série de tests à faire si je perd encore le bébé, et me prescrit prometrium intravaginal. Persuadée que mon problème est vraiment au niveau des saignements de début de grossesse (elles ont toute commencée comme ça!) je suis certaine que le prometrium est la clef pour une grossesse à terme… mais non. Le 4 octobre, FC3 se produit à 6SA.

Je commence donc les tests prescrits par OVO, résultat, tout est beau! Infertilité inexpliquée… Le doc me dit qu’il n’y a rien de plus à faire, que la science est rendue là… qu’on ne peut rien faire d’autre que prendre Prometrium et aspirine dès le + et espérer… essayer jusqu’à ce qu’on abandonne la bataille.

Je voulais donner une chance au combo de médicaments, alors on se relance dans les essais. Mars 2014, TG +, 4 avril, toujours aucun saignement, échographie parfaite d’un petit embryon au coeur battant au bon rythme, tout va bien! Toutefois, le 8 avril, petite crevette cesse de vivre. Je ne l’apprendrai que bien plus tard, soit le 2 mai, à mon échographie de prénatest. Cette FC est la pire, car rendu à 11 SA  sans l’ombre d’une petite goutte de sang, on a vraiment cru que ça y était… Cette FC a fini en curetage, parce que mon corps ne voulait rien savoir de rejeter l’embryon. C’était le 5 mai: FC4

———————- Fin de la 2e année d’essai ———————- 

Le 17 juin, je me présente chez OVO. J’avais besoin qu’on me redise qu’on avait tout essayé. J’avais besoin qu’un médecin, quelqu’un de fiable donc, me dise qu’on ne pouvait plus rien faire d’autre que d’essayer jusqu’à ce qu’on soit à bout de force. Mais, surprise, suite à nos résultats et nos multiples embryons dont le coeur battait à 7 SA, notre médecin pense que le problème de nos embryons sont plutôt au niveau de l’ADN et nous propose la FIV avec Diagnostic Préimplantatoire. (DPI). Pour ce faire, nous devons envoyer analyser nos embryons J5 aux USA ($$$$$) et nous ferons des TEC avec les embryons qui seront revenus avec la meilleure qualité. Selon elle, les chances de grossesse évolutives dans ces circonstances sont meilleures qu’au naturel car nous pourrons éliminer d’emblée les embryons malades plutôt que d’attendre que mon corps le fasse de lui-même.

Je suis donc à ce jour dans ce processus. En octobre 2014, nous avons fait notre première stimulation qui fut décevante. Alors que les médecins prévoyaient que je réagirais fortement à la médication, finalement je ne réagit pas très bien. Ma stimulation a duré 17 jours, j’ai eu ma ponction au 19e jour, j’ai pris des doses maximales d’hormones, et nous n’avons récolté que 8 ovules. Pour faire le DPI, nous en avions besoin d’un minimum de 12, car nous savons tous que par le temps qu’ils arrivent à J5, il restera très peu de candidats. Le but étant d’envoyer analyser au moins 5 embryons, nous avons choisi de congeler les 8 ovules et de refaire un 2e cycle de stimulation.

C’est là où nous en sommes. Prochaine stimulation en janvier 2015.

Pour nous, 2015 est l’année de la dernière chance. Souhaitons que le DPI soit vraiment la solution pour nous.

Suivez-moi ici ou sur la-fausse-coucheuse.tumblr.com pour avoir des nouvelles et savoir comment l’histoire se finira pour nous!

Même si visiblement nous pourrons finir nos traitements avant la fin de la gratuité, je me batterai bec et ongles pour la périnité du programme. Suivez la #vagueespoir au www.vagueespoir.com

 

LaFausseCoucheuse

Bébé 1 est arrivé sans problèmes. Pour bébé 2 ça c'est compliqué... pas mal compliqué. 4 fausses couches plus tard, je suis en plein processus de FIV avec DPI.
(MAJ oct2014)

3 Comments

  1. Jany
    16/12/2014 at 16:58 — Reply

    Je te souhaite bonne chance pour la suite! Il y aura bien une petite crevette qui finira par rester accrocher! Il faut garder espoir! xx

  2. Sadiem
    16/12/2014 at 23:17 — Reply

    Je te suis, ici et partout ailleurs, en croisant les doigts très fort pour vous. xxxx

  3. 20/01/2015 at 09:53 — Reply

    Merci à vous deux.

Leave a Reply

Previous post

Réponse à l'article d'Ariane Krol

Next post

Lettre ouverte au bureau du Commissaire à la santé et au bien-être