Procréation assistée

La phrase qui m’a fait comprendre

Je suis une personne qui peut se compter chanceuse d’avoir beaucoup d’amis, en plus d’avoir plusieurs connaissances. Ces connaissances, je les apprécie toutes pour plusieurs raisons. Il y en a que je n’ai vu que quelques fois mais qui restent tout de même très importantes. J’aime avoir de leur nouvelle ici et là via mon feed Facebook. Je vois passer beaucoup de choses, des belles, des moins belles, des moments difficiles, des moments de joies et étant l’éponge que je suis, je souris ou je pleure selon le cas.

J’ai une connaissance en particulier qui vit des moments difficiles depuis un peu plus de 2 ans maintenant. Souvent, je trouvais ça lourd de voir tout ce qui se passait dans sa vie. Ça venait me chercher et j’avais énormément de peine de ne pas pouvoir faire plus pour elle. En fait, c’est un couple qui a une charmante petite fille «différente». Elle est atteinte d’un syndrome très rare, le FOXG1. Le diagnostic est un coup dur, mais la vie au quotidien le devient encore plus par la suite. Chaque jour est un combat. Mon mari, développeur web, et moi, graphiste, leur avons fait un site internet pour les aider à faire connaître la maladie et à amasser des fonds pour eux.

Il y a quelques mois, nous avons assisté à leur mariage. Je dois avouer que je me sentais mal à l’aise d’y être, étant donné qu’on s’était rencontré qu’une fois ou deux. Finalement, j’ai passé un agréable moment et nous avons quitté les derniers. Nous sommes restés avec les nouveaux mariés à discuter durant environ une heure. Nous avons parlé d’eux, de leur fille Léonie, d’une tragédie qu’a eu à vivre une de leur amie (la perte d’un enfant malade), de nous. De nous qui n’arrivons pas, depuis 2 ans et demi, à concevoir un enfant.

Je suis devant deux grandes femmes qui ont vécu l’atrocité qu’une maman ne souhaite jamais vivre et moi je leur parle de mes traitements de fertilité, de tout le stress et les montagnes russes d’émotions que cela nous fait vivre. Et c’est à ce moment-là que ma vie a changé. Mélanie (permets-moi de te nommer), m’a regardé avec les yeux les plus sincères du monde et elle m’a dit : «Tu sais Jany, à chacun son combat. Celui-ci est le vôtre et j’espère de tout mon cœur que ça fonctionnera pour vous deux.»

À CHACUN SON COMBAT

Cette phrase résonne dans ma tête depuis ce temps. Outre son rôle de lutteuse professionnelle dans sa vie tourmentée, Mélanie a su prendre le temps de nous écouter et d’éprouver beaucoup d’empathie pour nous. Chacun, nous vivons nos combats quotidiens. Oui, je considère celui de Mélanie pire que le mien, mais ça ne m’oblige pas de rabaisser celui que je vis tous les jours. C’est notre bataille à mon mari et moi et nous avons le droit de le vivre ainsi. Nous avons le droit de nous sentir stressés, attristés, paniqués, apeurés. Une personne qui n’a jamais vécu notre situation ne peut pas comprendre, ne peut pas juger de nos états d’âme. C’est moi, c’est mon couple qui est là-dedans depuis 2 ans et demi. Venir me dire que si on arrête d’y penser, ça va fonctionner, c’est de ne pas l’avoir vécu. C’est comme si je disais à Mélanie d’arrêter de penser à la différence de sa fille. Je ne vis pas son quotidien, comme ceux qui ont des enfants ne vivent pas l’infertilité. Si on s’en fait autant, c’est qu’on a nos raisons. On ne choisit pas d’aller en fertilité pour le plaisir. Si on s’y rend, c’est qu’on a essuyé plusieurs échecs déjà et un échec, c’est jamais facile à encaisser. Imaginez à répétition. Il faut respecter le combat de chacun, parce que nous avons tout le droit du monde de le vivre à notre façon.

*  *  *

Que ce soit votre combat ou non, aidez-nous à conserver le programme de procréation assisté. C’est important pour moi, mais aussi pour des milliers de couples qui ne rêvent que d’avoir un enfant à aimer. Merci de signer la pétition : https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-4989/index.html (terminée)

Et parce qu’il y en a qui vive le leur différemment, je vous invite à visiter le site PourLéonie. Ils ont de magnifiques petits foulards pour enfant dont les profits vont à la famille : http://www.pourleonie.com/

 

Mélanie et Léonie - Photo par : www.photograph-i.com

Jany

Jany

"Adulescente" éternelle, je souhaite ardemment devenir maman. Spontanée et sincère, j'espère faire connaître l'infertilité afin d'aider ceux qui la vivent, ou la vivront, à être davantage compris et ainsi, être mieux appuyés par leur entourage.

5 Comments

  1. 06/12/2014 at 14:56 — Reply

    Je suis bien d’accord avec toi Jany! Dernièrement, je confiais à une collègue qu’une phrase me revenait souvent en tête: “Pourquoi moi?”. Sa réponse m’a fait réfléchir aussi: ” Nous nous posons tous cette question, mais pour des raison différents…”. Sur le coup, ça m’a saisit. Ce n’est pas la réponse que j’attendais, mais avec le recul, je me dis qu’elle a raison. On a tendance à ne penser qu’à ce que nous traversons. Depuis, j’essaie d’être un peu moins centrée sur ce que je vis et de laisser de la place pour être à l’écoute des autres.

  2. 06/12/2014 at 15:16 — Reply

    Oui, et à l’inverse aussi. Les gens qui ne sont pas dans notre situation ne peuvent pas comprendre. Ce qui leur donne le droit de nous faire la morale avec des conseils douteux. Il faut respecter ce que les gens vivent et accepter qu’on ne peut pas tout comprendre.

  3. Carole et Georges
    06/12/2014 at 19:10 — Reply

    que nous sommes fiers d’être les beaux-parents de Jany et les parents de P-M XX

  4. 08/12/2014 at 14:12 — Reply

    Très beau partage Jany. 🙂

    Je suis cependant plus ou moins d’accord lorsque tu dis qu’une personne qui n’a jamais vécu votre situation ne peut pas comprendre. Bien sûr, chaque situation est unique, propres à chacun, au contexte et aux gens qui y sont liées. Mais ces gens, vos proches, amis, connaissances, ils ont aussi eu des hauts et des bas. Des situations difficiles à affonter dans la vie. Leurs combats.

    Le vôtre est différent, mais ces personnes peuvent comprendre vos sentiments. Ou, du moins, tenter de les comprendre et vous épauler. Vous montrer que vous n’êtes pas seuls dans votre combat par de simples gestes de support. Pas en vous jugeant. Pas en vous donnant des conseils poches que vous avez entendu 1000 fois déjà. Simplement en étant là.

    On est là.

  5. C.D.
    08/12/2014 at 22:18 — Reply

    J’ai vécue cette situation, je la comprend très bien, c’est difficile, frustrant, inquiétant, décourageant et très long. Après 4ans d’essai et erreurs, sans traitement de fertilité, BONHEUR, le beau Benoit est né, la plus merveilleuse personne au monde. Je souhaite que toutes les femmes qui on l’appel de la maternité, puisse avoir la chance de vivre ce bonheur. Pour ça il ne peux pas y avoir de prix. Qui sais? J’en aurais peut-être besoin pour le prochain…

Leave a Reply

Previous post

Loi 20 sur la procréation assistée : Quoi faire ?

Next post

Julie